De 17 à 18h30 : visite, à Herstal, de l’exposition « femmes en colère » en hommage à la grève des femmes de la FN, il y a 50 ans

http://www.femmesencolere.be/

Marie Thérèse Coenen nous guidera à travers ce combat syndical au féminin.

De 19 à 21h : conférence-débat « l’égalité entre les femmes et les hommes: une utopie mobilisatrice?» au centre culturel de Jupille

http://www.jupiculture.be/nos-activites/prochainement/details/2/61-l-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-une-utopie-mobilisatrice

Cette conférence sera animée par Marie Thérèse Coenen.

« C’est très important que les femmes parlent. Si elles ont été actrices à un moment donné de l’histoire, il faut qu’elles le disent et le redisent. »

Marie-Thérèse Coenen

Quelle autre manière plus judicieuse de présenter Marie-Thérèse Coenen que de la citer. Et dans ces 2 phrases-là, elle est cernée toute entière.

Dans le style : percutant, d’une simplicité longuement travaillée et d’une efficacité redoutable.

Quant au fond. On y retrouve l’historienne et la directrice du CARHOP (Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire) intéressée par l’histoire du monde ouvrier et plus particulièrement des femmes ouvrières . MTC, comme l’appelle ses copines, est l’auteure de deux ouvrages, absolument recommandables : La grève des femmes de la FN en 1966. De Boeck Supérieur, 1991 et Syndicalisme au féminin, Tome 1 de 1830-1940, dont le second tome : « Outils pédagogiques pour l’histoire du mouvement ouvrier : Syndicalisme au féminin » serait pour ainsi dire, quasi édité. Elle a aussi écrit un nombre quasi inestimable d’autres livres, d’articles, notes, études et rapports sur l’histoire des femmes en général et des ouvrières en particulier.

Que dire de plus, si ce n’est qu’elle a été élue députée fédérale ECOLO au Parlement fédéral en juin 1999. La loi sur le Secal (service de créances alimentaires) : c’est encore elle ! D’une efficacité redoutable, vous disions-nous.

Les Grèves des femmes machines de la FN

Deux francs cinquante.

C’est ce qu’après 12 semaines de grève, 10 assemblées générales et une descente sur Liège qui a laissé plus que des traces dans les mémoires des Liègeois-es ; c’est donc ces 2,50centime qu’elles ont gagné.

Elles, se sont les femmes-machines, nommées ainsi par l’ensemble du monde ouvrier liégeois, comme on appelaient aussi les gamins-machines. Pour faire la différence avec les vrais ouvriers, les mieux payés : les hommes.

Elles, donc, qui avaient un salaire plus réduit encore que les gamins-machines, se sont un jour révoltées. Pourtant, le traité de Rome et son article sur l’égalité des salaires avait plus de 10 ans, quasi 11. Pourtant ce même traité avait donné 5 ans pour rétablir l’équité dans les salaires. Mais cela se négociait douloureusement, sans grande conviction, de 50 centimes en cinquante centimes. Alors elles ont pris les choses en mains et ont réclamé elles-mêmes, les 5 francs qui séparaient leur solde de celle de leurs collègues masculins.

Pendant 12 semaines, elles se battront. Contre leur employeur, tout puissant dans le Herstal des années 60, mais aussi contre les syndicats qui ne les soutiendra qu’à partir de la seconde semaine de grève. Mais aussi contre les voisins, les amis, la famille : des femmes parties seules en grève…et on racontera de la Ruche à la Place Saint Lambert, sur ces scandaleuses, ces femmes qui non sans humour : voyez les slogans et leurs chants, ont remis en question l’ inégalité de salaire bien sûr, mais surtout la place de la femme dans le combat syndical et dans la société toute entière. On en racontera puis on les oubliera, doucement, tout doucement, d’où l’importance de cette expo et celle de votre venue, entre ces murs.

Visite et conférence sont gratuites mais il faut s’inscrire au moyen du bulletin ci-dessous à renvoyer à l’adresse mail suivante : ecolo.liege@ecolo.be.

Nous avons réservé des places et nous devons confirmer le nombre de participantes et de participants le 15 mars au plus tard.

Un covoiturage assurera le transfert de Herstal vers Jupille et puis de Jupille au centre de Liège.

Nous pouvons réserver des sandwichs à déguster au centre culturel de Jupille mais il faut aussi que vous nous disiez si vous en souhaitez.

Les adresses respectives sont :

Exposition à Herstal:

Anciens bâtiments – Pré-Madame à Herstal
Rue du Tige, 13 – 4040 Herstal ( entrée par la rue John Moses Browning )

Conférence au centre culturel de Jupille:

Antenne communale de Jupille, rez-de-chaussée
2 rue Chafnay, 4020 Jupille-sur-Meuse (Liège)

Bulletin d’inscription:
bulletin_d_inscription_femmes_ecolo_23_mars.odt

femmes_en_colere_et_visite.jpg

Share This