Les écologistes ont toujours combattu le recours à l’énergie nucléaire vu les dangers que ces matériaux représentent pour la vie humaine et la vie tout court dans les régions où un accident nucléaire se produit.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés, en Belgique et dans les états voisins, à des centrales nucléaires trop vieilles et présentant de nombreux défauts, de nombreuses failles qui suscitent de fortes inquiétudes.

Les deux sites de Doel et Tihange présentent tantôt des fissures, tantôt des fuites, tantôt des sols de sous bassement incertains. Depuis 6 ans, les réacteurs ont dû être arrêtés temporairement les uns après les autres. Ils sont devenus les responsables de l’insécurité d’approvisionnement en électricité.

Il est donc important de maintenir le cap de la sortie du nucléaire et de fermer rapidement les réacteurs qui présentent des failles connues.

Il est inquiétant de constater que malgré ces défaillances successives et les incertitudes qui les accompagnent en termes de sécurité, le nouveau plan fédéral destiné à aider, préserver la population en cas d’accident nucléaire ne soit toujours pas prêt. Une épreuve a été présentée en janvier au Parlement et depuis les concrétisations tardent encore !

Nous souhaitons tous qu‘il n’y ait jamais d’accident, mais la vétusté des installations est une réalité, et les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima montrent que les certitudes scientifiques peuvent être rapidement balayées.

La suite du dossier est à lire ci-dessous:

170608 CP nouveau plan de sûreté nucléaire

Share This